Fête de la Science 2017

Pour la  27ème édition de la Fête de la Science :

  • 2 soirées d’observation vendredi 6 et samedi 7 Octobre dans la cour des locaux de la S.L.A à la Goubaudière (RIBOU)

DSC04790.JPG

DSC04787.JPG

 

  • une exposition samedi 7 et dimanche 8 Octobre au village des Sciences  installé à la salle de la Goubaudière, sur le site de Ribou, avec plus de 500 visiteurs.

 

 

RIMG1121.JPG

RIMG1109

DSC04769.JPG

DSC04776.JPG

FS2017_CO_20171008.jpg

Interview de D.NELLO par TLC au sujet de la fête de la science 2017

Bref résumé du programme:

  • Ça passe ou ça coince par le lycée Notre-Dame de Bonnes Nouvelles (Beaupréau)
  • As-tu reçu mon message ? 5 sur 5 !  par le Lycée Europe Robert Schuman (Cholet)

  • A la recherche de haches polies préhistoriques par C.P.I.E Loire Anjou

  • ADN info trafic – en route pour un voyage au coeur de la cellule par Terre des Sciences

  • Thèmes de Société des Sciences, Lettres et Arts de Cholet
    • les radio amateurs à l’heure des smartphones et de la géolocalisation généralisée

    • l’enregistrement magnétique

    • exposition botanique et mycologie

    • aquariophilie : présentation d’aquariums, conseils pour bien démarrer

    • astronomie : exposition sur l’astronomie amateur à Cholet.

 

Pour plus d’info sur la fête des sciences dans le Maine et Loire:  http://www.terre-des-sciences.fr/

 

Publicités

de l’oeil au numérique

lire la suite :    oeil-et-fondation-langlois

 Schematic_diagram_of_the_human_eye_fr.svg.png

La rétine :

Elle tapisse le fond du globe oculaire, et est principalement constituée de cellules photo-réceptrices : les cônes et les bâtonnets. Ces derniers analysent la lumière qui arrive après avoir été focalisée et filtrée par la cornée et la pupille . L’information visuelle est ensuite transmise au cerveau par le nerf optique.

Les cônes : Ils sont concentrés sur la Fovéa au centre de la rétine. Il existe trois types de cônes qui diffèrent par la couleur qu’ils perçoivent. Ils sont sensibles au bleu, au vert ou au rouge. Les couleurs que nous voyons provoquent un mélange de ces trois sensations. La rétine d’un œil humain possède 3 à 5 millions de cônes.

Les couleurs n’existent pas en tant que telles. Il s’agit de longueurs d’ondes traduites et interprétées par notre cerveau.

Les bâtonnets : Ils sont 25 à 100 fois plus sensibles que les cônes, ils nous servent à voir dans la pénombre. Ainsi, grâce à eux, nous pouvons voir sous faible luminosité. Dans ce cas, nous ne percevons pas les couleurs car il n’y a qu’un seul type de bâtonnets. Un dicton nous le rappelle : « La nuit, tous les chats sont gris ». Nous le constatons aisément en observant de nuit un paysage éclairé par la pleine lune ; nous voyons, sans apprécier les couleurs. Notre œil possède entre 100 et 110 millions de bâtonnets, soit 20 fois plus que de cônes.

André Brahic à Cholet

A l’initiative du Lyons Club de Cholet, la section astronomie de la SLA avait été invitée le vendredi 20 novembre 2009 au premier rang du Théâtre municipal « Interlude » pour une conférence d’André BRAHIC.

Le sujet du conférencier était l’histoire de nos origines, d’où le titre

« ENFANTS DU SOLEIL ».

Capture d’écran 2016-07-05 à 20.03.30
D’où venons-nous ? Comment le Soleil et la Terre sont-ils apparus ? Sommes-nous seuls dans l’Univers ?

André Brahic, qui a découvert les anneaux de Neptune, nous présente les multiples facettes du système solaire et nous raconte quatre milliards et demi d’années de son histoire.

Le sommaire était :

  • Contes et légendes : Des mythes primitifs à la recherche moderne.
  • Les archéologues du ciel.
  • Promenade dans le système solaire : L’exploration du système solaire.
  • Les chronomètres célestes : La mesure des âges et les méthodes de datation.
  • Le matériau de la nébuleuse : Atomes, molécules et briques primitives.
  • Le ballet des astres : Valse lente dans un monde plat.
  • D’autres étoiles ? D’autres planètes ? D’autres pistes ? Les nurseries stellaires, les planètes extrasolaires et quelques fausses pistes.
  • Un scénario de nos origines.
  • Comment le système solaire ne s’est pas formé : Le cimetière des idées fausses.
  • Un scénario des premiers instants : De la nébuleuse aux planètes.
  • La formation de la Lune et des petits corps : La formation des satellites, des comètes et des astéroïdes.
  • La suite de l’histoire.
  • L’évolution de la Terre et l’apparition de la vie.
  • Sommes-nous seuls ? A la recherche d’autres planètes habitée
  • Le futur : Et après ? Raison ou déraison ?Parler à André Brahic se résume à… l’écouter. Pour ce spécialiste des anneaux de Saturne, la conversation s’apparente à une myriade d’anecdotes gravitant autour d’une seule planète : la science. Ce vulgarisateur hors pair ouvre en parlant des commodes à multiples tiroirs qui contiennent d’autres tiroirs, des passerelles, des passages secrets où il ne s’égare jamais, finissant de répondre à une question deux heures après qu’elle a été posée.Une des figures de l’astronomie française mais surtout un formidable passeur de savoir est décédé d’un cancer le 15 mai 2016 à Paris, à l’âge de 73 ans. Spécialiste mondial de l’exploration du système solaire, il est le codécouvreur, en 1984, des anneaux et des arcs de Neptune, qu’il a nommé respectivement « Liberté », « Egalité », « Fraternité ». Il fut aussi membre des équipes des sondes spatiales américaines et européennes, de Voyager à Cassini. Cette dernière, lancée en octobre 1997 en direction de Saturne et de ses anneaux, poursuit d’ailleurs encore sa mission. Nous avons apprécié l’énergie et les connaissances d’André BRAHIC astrophysicien au CEA, professeur à l’Université de Paris VII, lauréat des prix Carl SAGAN et Jean PERRIN, il était un conférencier enthousiaste et plein d’humour, pour les initiés et non initiés à l’astronomie.

Nous avons voulu également honorer la mémoire d’André Brahic et la 26e édition de la Nuit des Etoiles 2016.

Rendez-vous avec une comète : la mission Rosetta

TOPSHOTS A handout released by the ESA/ATG medialab on November 12, 2014 shows an artists impression of the European probe Philae separating from its mother ship Rosetta and descending to the surface of comet 67P/Churyumov-Gerasimenko. The European probe Philae on November 12 was on course to make the first-ever landing on a comet after separating from its mother ship Rosetta, mission control said. AFP PHOTO / ESA/ATG MEDIALAB   -- RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / ESA/ATG MEDIALAB " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS --

La sonde lancée en 2004 est la première sonde  à utiliser des panneaux solaires au delà de l’orbite de Mars à la place de générateurs isotropiques (RTG). Pour économiser l’énergie, elle a été mise en hibernation  en juin 2011. En Janvier 2014, la sonde s’est réveillée  automatiquement. Aujourd’hui, elle prépare sa rencontre avec la comète Churyumov-Gerasimenko. Elle larguera  un module nommé Philae qui atterrira sur la comète en août 2014.

Quelques liens sur Rosetta:

28 mars, PHILAE s’active à son tour:

www.enjoyspace.com/fr/news/philae-s-active-a-son-tour